top of page

L'appel de 130 universitaires

Dernière mise à jour : il y a 7 jours

"Bouleversés" par la guerre décidée par Vladimir Poutine, des professeurs et chercheurs poussent le gouvernement à intensifier l'aide humanitaire et militaire à l'Ukraine.


Après la destruction de Marioupol, les carnages commis contre des civils à Boutcha, l'étendue des crimes de guerre et le nombre de femmes et d'enfants violées découverts parmi la population civile sous occupation russe renforcent l'urgence de cet appel. L'État français doit impérativement couper toute relation commerciale avec la Russie, interdire toute activité économique des entreprises françaises sur le sol russe et fournir toutes les armes demandées par le gouvernement ukrainien.


Dans le contexte d'une poursuite d'une guerre d'usure où se multiplient les crimes, il faut empêcher la banalisation et la démobilisation des sociétés européennes et de leurs opinions publiques. Depuis le 24 février, Kyiv est la capitale de la liberté, en Europe et dans le monde. En défendant le peuple ukrainien et sa résistance courageuse, il s'agit de se battre pour leur liberté et la nôtre.


Nous, universitaires, chercheuses, chercheurs, étudiantes et étudiants, sommes bouleversés par la guerre d'agression menée en Ukraine, dont Vladimir Poutine est l'initiateur et l'entier responsable.


Nous sommes révoltés par les multiples crimes de guerre documentés et les possibles crimes contre l'humanité, commis depuis plus d'un mois. C'est pourquoi, nous exigeons avant tout l'arrêt immédiat de tous les actes de guerre dirigés contre l'Ukraine.


L'avalanche de mensonges déconcertants utilisés pour les justifier a pu tromper une partie du peuple russe, mais ils se sont brisés sur la réalité des faits et, au premier chef, sur la résistance courageuse du peuple ukrainien, femmes et hommes, et sur la solidité des institutions démocratiques de l'État ukrainien.


Réveil de la démocratie


Nous appelons le gouvernement à intensifier encore l'envoi des aides humanitaire, matérielle et militaire, nécessaires pour soulager les populations, renforcer la résistance et lui permettre de vaincre et repousser l'envahisseur.


Nous appelons tous les dirigeants politiques et syndicaux à se prononcer sans ambiguïté pour le retrait préalable et total des troupes russes et la soldatesque de mercenaires qui les accompagnent, hors des frontières internationalement reconnues de l'Ukraine, dont nous exigeons le respect de la souveraineté et de l'intégrité territoriale.


Nous demandons instamment qu'aucune pression ne soit exercée sur le gouvernement et l'État ukrainien, au cours des futures et souhaitables négociations de paix.


Nous appelons à refuser aussi les amalgames qui voudraient faire porter une responsabilité collective au peuple russe, soumis depuis des années à une dictature brutale, meurtrière et croissante, et nous sommes solidaires de celles et ceux qui, en Russie et Biélorussie, essaient courageusement de s'opposer à la guerre.


Nous appelons la communauté universitaire et, au-delà, l'ensemble de nos concitoyennes et concitoyens à amplifier le généreux mouvement de solidarité engagé en faveur des réfugiés et des Ukrainiennes et Ukrainiens victimes de la guerre.


La résistance ukrainienne contre des forces supérieures en nombre et en armement dépasse, par son courage et l'esprit de solidarité de tout le peuple, les frontières de l'Ukraine. Elle doit marquer le réveil des démocraties et des consciences qui ont assisté passivement au massacre de la population civile syrienne perpétré ou couvert par le même agresseur. Il y va de la défense des valeurs démocratiques et sociales, des principes du droit des peuples à disposer d'eux-mêmes, de la démocratie politique et de la liberté, mais aussi de la démocratie comme forme d'action et de vie dans l'esprit de l'insurrection de Maïdan en 2014 et du Printemps des peuples.


C'est un trésor inestimable pour nous tous et toutes, pour l'Europe et au-delà.



Contact : appelpourlukraine@gmail.com

Les signataires : Catherine Achin (sciences politique, professeure, université Paris-Dauphine), Leila Adham (études théâtrales, maîtresse de conférences, université de Poitiers), Diane Arnaud, (études cinématographiques, maîtresse de conférences, université de Paris Cité), Emilien Awada (arts plastiques et cinéma, chargé d'enseignement, université de Paris 8 Vincennes St Denis), Marc-Olivier Baruch (histoire contemporaine, directeur d'études, EHESS - École des hautes études en sciences sociales), Chloé Baudry (pratique et théorie de la création littéraire, doctorante, université d'Aix-Marseille), Alexandre Bedenko (langues, doctorant, INALCO), Gérard Bensussan (philosophie, professeur Émérite, université de Strasbourg), Jean-Louis Berdot (cinéma docutentaire, maître de conférences (retraité), université Paris Cité), Christelle Berthevas (études cinématographiques, chargée de cours, université de Paris 8 Vincennes St Denis), Eva Blanc (arts du spectacle, étudiante Licence 1, université de Poitiers), Françoise Blum (histoire contemporaine, ingénieure de recherche, CNRS), Christa Blümlinger (cinéma et audiovisuel, professeure des universités, université de Paris 8 Vincennes St Denis), Olivier Boher (études cinématographiques, cinéaste, vacataire, université de Paris 8 Vincennes St Denis), Vincent Bouchard (francophone studies, associate professor, PHD, Indiana University), Fabien Boully (études cinématographiques, maître de conférences; directeur adjoint de l'Ecole universitaire de recherche ArTeC, université Paris Nanterre), Jean-Louis Briquet, (sciences politique, directeur de recherche, CNRS ; CESSP-Université Paris 1), Mireille Broudeur-Kogan (littérature et langue slaves, maîtresse de conférences (retraitée), INALCO), Patricia Caillé études cinématographiques, maîtresse de conférences, université de Stasbourg / IUT Robert Schuman), Céline Candiard (études théâtrales, maîtresse de conférences HDR, université Lumière Lyon 2), Antonella Capelle-Pogacean (histoire, sciences sociales du politique, chargée de recherche, Sciences Po), Sarah Carton de Grammont (anthropologie, chargée de recherche, CNRS LESC), Joël Chapron (études cinématographiques, chercheur associé, université d'Avignon), Isabelle Charpentier (sociologie, professeure, université de Picardie - Jules Verne), Antoine Chollet (pensée économique et politique, maître d'enseignement et de recherche , Université de Lausanne Centre Walras-Pareto, Institut d'études politiques (IEP)), Karine Clément (sociologie, enseignante chercheuse, CNRS Université de Paris 8 Vincennes St Denis), Yves Cohen (histoire, directeur d'études, EHESS - École des hautes études en sciences sociales), Dominique Colas (sciences politique, professeur Émérite, Sciences Po), Catherine Coquio (littérature Comparée, professeure des universités, université de Paris Cité), Laurent Coumel (histoire contemporaine, maître de conférences, INALCO (Institut National des Langues et Civilisations Orientales)), Dorota Dakowska (sciences politique, professeure, Sciences Po Aix), Louis Daubresse (études cinématographiques, docteur et chercheur indépendant), Julia David (sciences politique, docteur, qualifiée aux fonctions de maître de conférence , IHMC CNRS/ENS Ulm), Sébastien Denis (histoire, études cinématographiques, professeur des universités, université de Paris 1 Panthéon Sorbonne), Robin Dereux (études cinématographiques, maître de conférences, université de Paris 8 Vincennes St Denis), Marion Desseigne Rave (études cinématographiques, chargée de cours, université de Paris 8 Vincennes St Denis), Frédérik Detue (littérature comparée, maître de conférences, université Côte d'Azur), Elise Domenach (études cinématographiques, maîtresse de conférences HDR HC, École Normale Supérieure de Lyon), Stéphane Douailler (philosophie, professeur Émérite, université de Paris 8 Vincennes St Denis), Jean-Marc Dreyfus (histoire contemporaine, professeur, rédacteur en chef de la revue d'Histoire de la Shoah, Université de Manchester), Elitza Dulguerova (histoire de l'Art, maîtresse de conférences, université de Paris I - École des arts de la Sorbonne), Marc Élie (histoire, chargé de recherche, CNRS), Alexeï Evstratov (études slaves, maître de conférences, université Grenoble-Alpes), Gilles Favarel-Garrigues (sciences politique, directeur de recherche, CNRS), Carole Ferret (anthropologie sociale et ethnologie, chargée de recherche, CNRS), Claude Forest (études cinématographiques, professeur des universités, université de Strasbourg), Céline Gailleurd (études cinématographiques, maîtresse de conférences, université de Paris 8 Vincennes St Denis), Xavier Galmiche (études tchèque / centre-européennes, professeur des universités, Sorbonne Université), Catherine Gery (littérature russe, professeure, INALCO), Linda Gil (littérature française, maîtresse de conférences, université Paul-Valéry Montpellier), Thomas Glaser (études cinématographiques, vacataire, université de Paris 8 Vincennes St Denis), Boris Gobille (sciences politique, maître de conférences, Ecole Normale Supérieure de Lyon), Odile Goerg (histoire de l'Afrique contemporaine, professeure émérite, université de Paris Cité), Svetlana Gorshenina (histoire de l'Asie centrale XIXe-XXIe siècles, directrice de recherche, CNRS Eur'Orbem), Alexandra Goujon (sciences politique, maîtresse de conférences, université de Bourgogne), Martin Goutte (études cinématographiques, maître de conférences, université Sorbonne Nouvelle), Bruno Groppo (histoire sociale des mondes contemporains , chercheur associé, CNRS Université Paris 1), Christine Guionnet (sciences politique, maîtresse de conférences HDR, université Rennes 1), Élodie Hachet (études cinématographiques, doctorante, Université de Paris 8 Vincennes St Denis), Alicia Harrison (études cinématographiques, professeure Agrégé, université Paris Nanterre), Patrick Hassenteufel (sciences politique, sciences sociales et humanités, directeur de l'école doctorale, université Paris Saclay, Sciences Po Saint-Germain-en-Laye), Gala Hernandez Lopez, études cinématographiques, doctorante, PHD, université de Paris 8 Vincennes St Denis), Pierre-Damien Huyghe (philosophie, professeur émérite, université de Paris 1 Panthéon Sorbonne), Armelle Jeannier-Groppo (langue et civilisation russe, maîtresse de conférences (retraitée), ex-présidente de l'Association française des russisants, université Paris Nanterre), Luba Jurgenson (écrivain, vice-présidente de Mémorial-France, professeure des universités, Sorbonne Université), Tiphaine Karsenti (études théâtrales, professeure, université Paris Nanterre),Chantal Kesteloot (histoire publique, docteur, qualifiée aux fonctions de maître de conférence, centre d'études guerre et société/Archives de l'Etat (Belgique)), Emilia Koustova (civilisation russe, maîtresse de conférences, directrice du département d'études slaves, université de Strasbourg), Yauheni Kryzhanouski (sciences politiques et sociologie, docteur, université de Strasbourg Science Po), Pascal Laborderie (sciences de l'information et le la communication, maître de conférences, université de Reims Champagne-Ardenne), Jean-François Laplénie (études germaniques, maître de conférences, Sorbonne Université), Barbara Le Maître (études cinématographiques, professeure, université Paris Nanterre), Eric Lecerf philosophie, maître de conférences, université de Paris 8 Vincennes St Denis), Aurélie Ledoux (études cinématographiques, maîtresse de conférences, université Paris Nanterre), Mathieu Lericq (études cinématographiques, attaché temporaire d'enseignement et de recherche / PHD, université de Paris 8 Vincennes St Denis), Françoise Létoublon (langue et littérature grecques, professeure Émérite, université Grenoble Alpes), Alice Letoulat (études cinématographiques, docteure, FoReLLIS / IRCAV), Ophir Levy (études cinématographiques, maître de conférences, université de Paris 8 Vincennes St Denis), Daniel Lincot (chimie, directeur de recherche émérite, professeur invité au Collège de France, CNRS), Sylvie Lindeperg (histoire contemporaine, professeure des universités, membre honoraire de l'IUF, université de Paris 1 Panthéon Sorbonne), Damien Marguet (études cinématographiques, maître de conférences, université de Paris 8 Vincennes St Denis), André Markowitz (littérature russe, traducteur), Marie Martin (études cinématographiques, maîtresse de conférences, université de Poitiers), Marie-Anne Matard-Bonucci (histoire contemporaine, professeure des universités, université de Paris 8 Vincennes St Denis), Marie-Claude Maurel (géographie, directrice d'études, membre de l'Académie d'agriculture de France, EHESS - École des hautes études en sciences sociales) Rachel Mazuy (histoire, chercheure associée, IHTP (Institut d'Histoire du Temps Présent, CNRS), Alexandre Melnik (géopolitique, professeur, ICN Business School Paris, Nancy, Berlin),Térence Meunier, Cinéma et audiovisuel, Vacataire, Université de Paris 8 Vincennes St Denis), Natasha Nedelkova (études cinématographiques, doctorante, Université de Paris 8 Vincennes St Denis), Laure Neumayer (sciences politique, professeur des universités, université de Picardie Jules Verne), Alexis Nuselovici (littérature générale et comparée, professeur et vice-doyen chargé de la recherche, université d'Aix-Marseille), Lydia Obolensky (langue et littérature russe, professeure agrégée en CGPE, Lycée Lakanal),Hanna Perekhoda (histoire, assistante diplômée et doctorante, université de Lausanne), Pauline Peretz (histoire contemporaine, maîtresse de conférences HDR, université de Paris 8 Vincennes St Denis), Julie Perrin (danse, maîtresse de conférences, université de Paris 8 Vincennes St Denis), Catherine Perron (sciences politique, chargée de recherche, CERI-Sciences Po), Diana Plachendovskaya (histoire, étudiante en préparation au doctorat, EHESS - École des hautes études en sciences sociales), Suzanne Pourchier-Plasseraud (histoire, docteure, Université de Paris 1 Panthéon Sorbonne), Sabine Quiriconi (études théâtrales, maîtresse de conférences, université Paris Nanterre), Nadège Ragaru (histoire et sciences politiques, directrice de recherches, CNRS / Sciences Po), Pierre Raiman (histoire contemporaine, doctorant, université de Paris 1 Panthéon Sorbonne), Alain Raoust (études cinématographiques, professeur Associé, université de Paris 8 Vincennes St Denis), Caroline Renard (études cinématographiques, maîtresse de conférences, université d'Aix-Marseille), Marie-Pierre Rey (histoire, directrice du centre de recherches en histoire des Slaves, université de Paris 1 Panthéon Sorbonne), Mickaël Robert-Gonçalves (histoire du cinéma, chargé de mission recherche au ministère de la Culture, université de Coimbra, Portugal), Delphine Robic-Diaz études cinématographiques, maîtresse de conférences, université de Tours), Sylvie Rollet (études cinématographiques, professeure Émérite, directrice de la collection "L'Esprit du cinéma", éditions Hermann, université de Poitiers), Régis Salado (littératures comparées, maître de conférences, université Paris Cité), Franck Salaün (littérature française, professeur des universités, université Paul-Valéry Montpellier), Dany Savelli (littérature et civilisation russe, maître de conférences, université Toulouse Jean Jaurès), Daria Sinichkina (littérature russe, maîtresse de conférences, Sorbonne Université), Tymoteusz Skowroski (histoire, masterant, EHESS - École des hautes études en sciences sociales),Malgorzata Smorag-Goldberg (études slaves, professeure des universités directrice du département de polonais, Sorbonne Université Centre Universitaire Malesherbes), Ysé Sorel (cinéma et philosophie, doctorante, université de Paris 8 Vincennes St Denis / ENS Ulm), Raphaël Spina (histoire contemporaine, professeur agrégé / docteur, Université d'Aix-Marseille), Liliane Sprenger-Charolles (linguistique, directrice de recherche émérite, CNRS Aix Marseille), Brigitte Stora (psychanalise, docteure, université de Paris 8 Vincennes St Denis), Ania Szczespanska (histoire, études cinématographiques, maîtresse de conférences, université de Paris 1 Panthéon Sorbonne),Hélène Thiollet (relations Internationales et migrations, chargée de recherche, CNRS / Sciences Po), Jacques Vallin (études démographiques, directeur de recherche émérite, INED, Campus Condorcet), Marguerite Vappereau (cinéma et audiovisuel -Film Studies, maître de conférences, université de Bordeaux-Montaigne), Thanassis Vassiliou (études cinématographiques, maître de conférences, Université de Poitiers), Patrick Vauday (philosophie, professeur émérite, université de Paris 8 Vincennes St Denis), David Wajsbrot dit Lescot (études théâtrales, professeur Agrégé / enseignant chercheur, université Paris Nanterre), Emmanuel Wallon (sociologie politique, professeur, université Paris Nanterre), Dork Zabunyan (études cinématographiques, professeur des universités, université de Paris 8 Vincennes St Denis), Caroline Zéau (études cinématographiques, maîtresse de conférences responsable du Master DEMC, université Paris Cité), Eugénie Zvonkine (études cinématographiques, maîtresse de conférences HDR, co-directrice de l'ESTCA / membre de l'Institut Universitaire de France, université de Paris 8 Vincennes St Denis).

Comments


bottom of page