top of page

Contrer la propagande russe

Dernière mise à jour : 14 mars

La crédibilité internationale de la France et sa sécurité sont menacées




L’assassinat en détention d’Alexeï Navalny a suscité l’indignation des gouvernements démocratiques. L’ambassadeur de France à Moscou a honoré sa mémoire en déposant un bouquet de fleurs devant le monument aux victimes de la répression russe. Mais sauf à provoquer la moquerie du Kremlin, les mots et les fleurs ne sauraient rester une réponse acceptable à cette exécution d’un opposant politique. Nous avons trop tardé à prendre la mesure de ce que signifie la litanie des meurtres commandités par Vladimir Poutine : la journaliste Anna Politkovskaïa tuée en 2006, après une tentative d’empoisonnement en 2004 ; le transfuge Alexandre Litvinenko empoisonné en 2006 ; l’ancien vice-Premier ministre Boris Nemtsov assassiné en 2015 ; les tentatives d’empoisonnement de Vladimir Kara-Murza en 2015 et 2017 et d’Alexei Navalny déjà, en 2020, sans parler d’une multitude de cas moins connus.


Or, jusqu’ici et malgré la guerre lancée par la Russie contre l’Ukraine et les diatribes du Kremlin contre l’« Occident », Vladimir Poutine a conservé la dignité de Grand-croix de la Légion d’honneur, qui lui avait été accordée par Jacques Chirac en 2006. Nous demandons que lui soit retirée cette distinction, car on ne peut concevoir qu’un criminel multirécidiviste, sous mandat d’arrêt de la Cour Pénale Internationale, soit autorisé à arborer cette décoration, qui perdrait alors toute signification.


Cette mesure symbolique mais nécessaire doit être accompagnée de dispositions indispensables à notre sécurité. Comment accepter que le Centre spirituel et culturel orthodoxe russe, situé Quai Branly, qui constitue un rouage de la propagande russe sur notre territoire, conserve un statut d’exterritorialité diplomatique, obtenue sous la présidence de Nicolas Sarkozy avec l’aval de l’ancien Premier ministre François Fillon, et que son personnel jouisse de l’immunité qu’elle confère ? L’un de ses membres, en particulier, l’ancien ambassadeur russe en France, Alexandre Orlov, est connu pour ses activités dans le tissage de liens avec les propagandistes français du Kremlin. Il s’exprimait d’ailleurs encore publiquement le 31 janvier au Centre universitaire méditerranéen de Nice. Or 24 heures suffisent pour révoquer le statut diplomatique du Centre orthodoxe russe et déclarer ses membres personae non gratae.


Enfin, au moment où le président de la République et les ministres des Armées et des Affaires étrangères dévoilent l’ampleur des opérations de désinformation visant la France, on ne peut plus différer les mesures les plus sévères prévues par la loi envers les ressortissants français qui, en raison de leurs relations rétribuées avec le Kremlin ou ses intermédiaires, continuent à servir de relais à sa propagande. Des investigations poussées doivent être conduites à leur encontre et les lois de la République doivent être adaptées. Il conviendrait d’interdire toute relation commerciale avec des entités liées, directement ou non, à des États qui nous menacent directement, de la part d’anciennes personnalités politiques et anciens agents publics. Il faudrait aussi, d’une part, renforcer les définitions légales de l’intelligence avec l’ennemi et du trafic d’influence, d’autre part, limiter le secret des affaires. Parallèlement, les organes de presse, groupes de réflexion, ou sites Internet, financés entièrement ou partiellement par des fonds russes, doivent être fermés.


Lutter contre la machine de désinformation russe suppose a minima que notre gouvernement veille à ce que soient enfin appliquées en France les sanctions contre les entreprises de média russes (VGTRK, ANO-TV Novosti, National Media Group, Zvezda, Inforos) adoptées par l’Union européenne. Le recyclage sur les réseaux sociaux de vidéos provenant des services visés tels Russia Today ou Sputnik doit être bloqué par les opérateurs, sous peine d’amende. Il n’est pas acceptable que les principales chaînes russes de propagande de guerre (Rossiya 1, Perviy Kanal, NTV, Ren-TV) restent accessibles sur Internet et que Perviy Kanal figure encore dans le « bouquet russe », diffusé par le Groupe Canal+ de Vincent Bolloré et relayé par SFR, Bouygues Telecom, Orange et Free.


Il est inadmissible que l’opérateur de satellites Eutelsat Group, dont la France et le Royaume Uni sont parmi les principaux actionnaires, continue à diffuser les deux chaînes de télévision et la station radio des Forces armées russes Zvezda vers la Russie et vers les territoires ukrainiens occupés. Il est, de même, inadmissible que soient toujours accessibles les portails de la VGTRK, le holding de radiodiffusion de l’État russe, dont les émissions sont émaillées d’incitation au génocide et à la guerre nucléaire.



La liberté d’expression, que nous défendons avec acharnement, suppose des limites clairement définies dans le droit tant international qu’européen et français. Elle ne peut être garantie que par l’interdiction de la propagande de guerre, des incitations à la haine et de la mise en péril de la sécurité nationale. Le 26 février, lors de la réunion des alliés de l’Ukraine, le Président de la République a appelé à un sursaut nécessaire dans l’aide à l’Ukraine et affirmé sa « conviction que la défaite de la Russie est indispensable à la sécurité et à la stabilité en Europe ». Nous saluons ces déclarations qui doivent se concrétiser d’abord par la livraison et la production effective des armes réclamées par le gouvernement ukrainien. Mais elles impliquent également que des mesures soient prises pour réprimer sur notre sol toute propagande ou désinformation au service de la Fédération de Russie, condamner ses intermédiaires français et expulser ses agents russes.

 


Tribune signée par


Galia Ackerman, historienne, rédactrice en chef de Desk Russie

André Gattolin, universitaire et ancien parlementaire

Iegor Gran, écrivain

André Lange, coordinateur du Comité Denis Diderot

Jonathan Littell, écrivain

Alexandre Melnik, professeur de géopolitique à ICN Business School

Ariane Mnouchkine, metteuse en scène, Théâtre du Soleil

Pierre Raiman, historien, fondateur de l’association Pour l’Ukraine, pour leur liberté et la nôtre ! 

Sylvie Rollet, professeure émérite des universités, Présidente de Pour l’Ukraine, pour leur liberté et la nôtre !

Nicolas Tenzer, enseignant à Sciences Po, senior fellow au Center for European Policy Analysis (CEPA)

Françoise Thom, historienne du monde russe et soviétique



Autres signataires


Nous ouvrons les signatures à tout membre de la société civile qui, comme nous, veut faire entendre sa voix. Le formulaire peut être trouvé en cliquant sur cette illustration :



Liste de signatures par le site, à jour au 14 mars.




Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée et au RGPD du 27 avril 2016, vous bénéficiez d'un droit d'accès, de modification, de portabilité, de suppression et d'opposition au traitement de vos données. Pour exercer ces droits, contactez l'association à l'email suivant : webmaster.pourlukraine@gmail.com


Signatures directes


  1. Aboudrar Bruno Nassim, Professeur des Universités en histoire/théorie de l'art, Sorbonne Nouvelle

  2. Adelson Robert, professeur d'histoire de la musique, Conservatoire de Nice/Université Côte d'Azur

  3. Adolphe Jean-Marc, journaliste, rédacteur en chef les humanités

  4. Amiel Vincent, professeur émérite de l'université Paris 1

  5. Barnon Daniel & Rachel, Sleeping Giants France

  6. Baron, Christine, professeur des universités (Poitiers)

  7. Bayard Pierre, professeur émérite à l’université Paris 8 Vincennes Saint-Denis

  8. Béchieau François, adjoint au Maire du 19e art de Paris, Conseiller à la Métropole du Grand Paris

  9. Bénard Jean-Pierre, psychanalyste

  10. Bensussan Gérard, philosophe, professeur émérite des universités

  11. Bismans Francis, professeur des universités, BETA, Université de Lorraine

  12. Bouchet-Petersen Sophie, conseillère d'État retraitée, secrétaire générale de l'association Ukraine CombArt

  13. Boulet Jacques, architecte dplg, professeur, MSH Paris-nord

  14. Bourges Alain, artiste vidéo

  15. Bourget Jean-Loup, professeur émérite d'études cinématographiques à l'Ecole normale supérieure

  16. Bozonnet Marcel, comédien et metteur en scène

  17. Brajbart-Zajtman Sara, journaliste retraitée

  18. Braun Jacques, ex Directeur exécutif de Mediametrie

  19. Buirette Olivier, docteur en Histoire

  20. Buleon Pascal, directeur de recherche CNRS, Université de Caen

  21. Cerf de Dudzeele Géraldine, psychanalyste

  22. Cerisuelo Marc, professeur à l’université Gustave Eiffel, membre de l’Institut universitaire de France

  23. Gilles Chevalier, contrôleur général des armées (2S)

  24. Cohen Yves, historien, directeur d'études émérite de l'EHESS

  25. Combot Mélodie, maîtresse de conférences en droit à l’Université d’Amiens

  26. Coquio Catherine, universitaire UPC

  27. Daubresse Louis, docteur en études cinématographiques et audiovisuelles

  28. Denis Sébastien, Professeur en histoire, cinéma et médias à l'Université Paris 1 Panthéon Sorbonne

  29. Devin Guillaume, professeur émérite des Universités, Sciences Po Paris

  30. Doroszczuk Catherine, professeur de chaire supérieure

  31. Ermoshina Ksenia, chargée de recherche, CNRS

  32. Fachot Morand Henry, journaliste, analyste média

  33. Forest Claude, professeur émérite des universités 

  34. Fournel Jean-Louis, professeur à l'université Paris 8 Vincennes Saint-Denis

  35. Galmiche Xavier, professeur de littérature tchèque et de cultures centre-européennes

  36. Garapon Antoine, Membre du comité de rédaction de la revue Esprit

  37. Garriaud-Maylam Joëlle, Sénatrice Honoraire des Français établis hors de France(2004-2023), ancienne présidente de l’Assemblée parlementaire de l’OTAN 

  38. Gendrat-Claudel Aurélie, Maîtresse de Conférences à Nantes Université

  39. Gheude Michel, auteur

  40. Godart-Bénard Elisabeth, psychanalyste

  41. Goëtzinger Geneviève, présidente de l’Agence ImaGGe, ancienne directrice générale de RFI, membre de l’Académie des Sciences d’Outremer

  42. Grua Bernard, porte-parole du collectif "No Shtandart In Europe"

  43. Hartmann Florence, journaliste et auteure

  44. Hatinguais Catherine, traductrice et terminologue à l’ONU

  45. Heinich Nathalie, sociologue

  46. Herszkowicz Albert, médecin. Président de l’association Memorial 98

  47. Hibon Christian, peintre et graveur

  48. Hibon Monique, psychanalyste

  49. Kersimon Isabelle, journaliste, autrice, Présidente de l'Institut de recherches et d'études sur les radicalités

  50. Klarsfed André, professeur retraité de l’ESPCI Paris, secrétaire de Pour l’Ukraine, pour leur liberté et la nôtre 

  51. Kogutyak Volodymyr, Vice-Président du Congrès Mondial des Ukrainiens 

  52. Kutepova Nadezda, réfugiée politique russe en France, juriste en droits de l'homme, CA de Russie Libertés

  53. Lambolez Bertrand, directeur de recherche INSERM

  54. Laquerriere Danielle, retraitée de l’Education Nationale, membre de Pour l’Ukraine, pour leur liberté et la nôtre

  55. Lasserre Joanna, architecte – urbaniste, présidente de l’association Défense de la Démocratie en Pologne (ADDP)

  56. Laurent Natacha, maîtresse de conférences en histoire contemporaine

  57. Lauton Gérard, Maître de conférences honoraire de Mathématiques à l’Université Paris-Est Créteil

  58. Le Mauff Julien, historien

  59. Létoublon Françoise, professeure émérite Université Grenoble Alpes

  60. Letzter Jacqueline, professeure des universités, retraitée

  61. Levy Arnaud, responsable de communication

  62. Lindeperg Sylvie, historienne, professeure à l’université Paris1 Panthéon-Sorbonne

  63. Machover Jacobo, écrivain et universitaire

  64. Marguet Damien, maître de conférences en études cinématographiques

  65. Marleix Anne, cheffe d’entreprise

  66. Marleix Jean-Paul, photographe

  67. Martin Marie, maîtresse de conférences en études cinématographiques à l’université de Poitiers

  68. Matheron Marie, actrice

  69. Mattelart Tristan, professeur à l’Université Paris-Panthéon-Assas

  70. Membrive Wilputte Brigitte, technicienne en radiologie, déléguée en Belgique de Pour l’Ukraine, pour leur liberté et la nôtre

  71. Mercier Arnaud, professeur à l'université Paris-Panthéon-Assas

  72. Meunier Bruno, chef d’entreprise

  73. Bernard Miège, professeur émérite de sciences de l'information et de la communication 

  74. Milewska, Irena, psychosociologue retraitée

  75. Milovzorova Natasha, chercheuse (ENS), historienne de l'art

  76. Murcia Claude, professeure émérite des universités

  77. Murer Florent, Président fondateur de KALYNA en 2014

  78. Nahoum-Grappe Véronique, anthropologue

  79. Née Patrick, professeur émérite des universités, essayiste

  80. Nicoli Elisabeth, avocate, Co-présidente de l'Alliance des Femmes pour la Démocratie

  81. Nuselovici Alexis, professeur des universités en littérature comparée, Aix-Marseille Université

  82. Ochem Thibaud, document coordinator chez Jones Lang LaSalle Sàrl

  83. Pasternak Jean-Pierre, Président de l’Union des Ukrainiens de France

  84. Perebenesiuk Marianna, journaliste

  85. Perrier Jean-Jacques, journaliste

  86. Pisano Giusy, professeure des universités

  87.  Puges Patrick, polytechnicien, ancien membre du collège de la Commission Nationale de Contrôle des Techniques de Renseignement

  88. Rebaud Marie, membre de l'association Ukraine CombArt

  89. Robert Martine, réalisatrice et enseignante

  90. Rogozinski Jacob, professeur émérite à la Faculté de philosophie de Strasbourg

  91. Rolot Christian, professeur émérite des universités en études cinématographiques

  92. Steve Zalina, Secrétaire Générale de Russie-Libertés

  93. Stora Brigitte, journaliste et autrice

  94. Thiollet Hélène, chercheuse CNRS

  95. Thiollet Sarah, R&D manager (Phd, Ms, MBA)

  96. Vaissié Cécile, professeure des universités en études russes et soviétiques

  97. Varma Dominique, auteure/réalisatrice

  98. Ventura Catherine, professeure d'histoire

  99. Vilenska Ania (Hanna), assistante éditoriale

  100. Villeneuve Christine, éditrice, co-directrice des éditons des femmes-Antoinette Fouque

  101. Wallon Emmanuel, professeur émérite de sociologie politique

  102. White Susan, professeure émérite de littérature comparée et cinéma à l'University of Arizona

  103. Wieder-Atherton Sonia, Violoncelliste

  104. Zabunyan Dork, professeur en études cinématographiques à l'université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis

  105. Zloto Alexandre, assistant à la mise en scène









Comments


bottom of page